Qu’est ce qui fait la particularité d’un studio pro du point de vue de sa disposition et de l’acoustique des pièces qui le composent ?

Certes, un bon chrétien ou un bon musulman vous confiera que tous croyants peuvent pratiquer leurs prières hors des murs d’une église ou d’une mosquée, mais qu’en est-il d’un enregistrement professionnel, n’est-il valable qu’entre les murs d’un studio estampillé « pro » ?

La réponse courte est non… ou plutôt no ! mais pour la raison d’existence de ce présent article, étayons un peu tout ça. 

En général, un studio possède deux endroits distincts :

– Une pièce pour enregistrer et répéter (ou enregistrer ce qui n’a PAS été assez répété).

 

acoustique pièce d'enregistrement Audiocratiestudio blog

– Une pièce pour arranger, mixer, triturer ce qui a été enregistré ou même écouter ce qui EST entrain de s’enregistrer.

acoustique studio d'enregistrement Audiocratiestudio blog

Le rôle de ces deux endroits est de faire en sorte que le son s’y exprime de la manière la moins altérée possible. Pourquoi emploi-je volontairement les termes ‘moins altérée possible » plutôt que « la plus optimale » ? parce que l’enfer a des murs, des plafonds et des sols.

 

Pour justifier l’emploi de cette allégorie, je vous décris ce que serait le studio idéal.

 

Le studio idéal serait un espace en flottement, disons par exemple à 8000 mètres d’altitude (sans vent) qui n’aurait ni sol, ni plafond, ni mur et aucun autre obstacle au son dans un rayon d’au moins 8 km, ainsi le son n’aurait aucune possibilité de rebondir et de revenir à nos oreilles et nos micros de manière altérée, il n’aurait que sa propre dissipation dans l’air pour s’exprimer.

 

Malheureusement, ça va vous ébahir mais ce studio qui flotte dans l’air n’existe pas ! 

 

L’industrie musicale, les musiciens, les audiophiles et les pauvres petits ingénieurs du son doivent se contenter de murs, de plafonds et de sols. Pour palier cette tragédie, il convient donc de tricher un peu en se débrouillant pour que le son qui rebondit sur toutes ces surfaces revienne à nos oreilles et dans les micros avec le moins d’intensité possible.

 

 

 

Deux grands principes de l’acoustique s’offrent à nous :

L’absorption et la diffusion.

Pour l’absorption, c’est assez simple, les ondes sonores qui pénètrent une matière absorbante de type laine de roche ou mousse alvéolée  sont transformées en chaleur. 

panneau acoustique Audiocratiestudio blog
mousse acoustique Audiocratiestudio blog

Voici un panneau acoustique sur des roulettes que l’on peut déplacer à sa guise, on appelle cela un « gobo »

Pour la diffusion, c’est un peu plus complexe, les ondes sonores cognent sur une surface dure possédant des creux et des protubérances, disposés mathématiquement pour permettre aux ondes de rebondir un grand nombre de fois dans un petit volume.

Pourquoi aurait-on besoin de propager des ondes que l’on souhaiterait plutôt atténuer ? 

Car le fait qu’elles rebondissent beaucoup et se brisent dans un volume réduit leur fait perdre de l’intensité et le son qui revient à nos oreilles et dans les micros est diffus, c’est à dire que son écho est imperceptible (si vous connaissez un endroit dans le monde ou l’écho revient plus fort que le son direct, envoyez-moi une carte postale).

Voici, ci dessous, un très joli diffuseur que l’on appelle « skyline », ce qui signifie « horizon », en effet, cela ressemble à l’horizon d’une grande ville comme New-York (avant le 11 septembre) placé verticalement. 

acoustique studio d'enregistrement diffuseur skyline Audiocratiestudio blog

On peut logiquement se poser la question de savoir pourquoi les pièces qui constituent les studios d’enregistrement ne sont pas entièrement faites avec des matières absorbantes qui recouvrent les murs, les plafonds et les sols. Ces endroits existent et s’appellent des chambres anéchoïques (sans échos).

 

 

Des ingénieurs du son ont tenté de travailler dans ces « chambres sourdes » mais qui donc, à part un fou supporterait d’entendre les battements de son cœur, l’air pénétrer ses poumons et même le bruit de son système nerveux.